21 novembre 2005

...

Je sens qu'en ce moment je me perds dans des batailles dont je ne gagnerais jamais le fin mot, parce que je ne sais pas ce que je défends. En pleins recherche du moi, difficile de savoir que défendre, et que croire. Doit-on etre pour ou contre les actes en France? Doit on etre pour ou contre la mondialisation?

Tout n'est pas tout noir, ni tout blanc, et parfois la grise réalité est plus sombre que l'on ne le croit. C'est blessant de se rendre compte que des millions de gens meurent de faims, de guerres, d'épidémies, de dictateurs,... Et pourtant les gens s'en foutent, enfermés dans leur quotidient comme ils le sont. La seule chose qui les faitbouger, c'est quand on touche à leur privilègent. Alors les grèves s'enchainent les unes aux autres, toutes plus inefficace que celle qui la précède, parce que "trop de grève, ça tue la grève". 

On voudrais pouvoir changer, mais pour aller où ? Quitter la société capitaliste, mais pour quel autre société ? On a essayer le socialisme, et malheureusement, ce n'est pas la réponse...

Parfois je voudrais pouvoir me plonger dans un environment et seulement lire, apprendre, dessiner, peindre, écouter de la musique, rencontrer que des gens intéressant  .... Mais l'école et "le reste" (sociabilisation) sont obligatoires, sensés développer notre capaciter à vivre ensemble, à etre humain. Parce qu'il parait que nous n'existons que par le regard des autres. sans personne d'autre nous ne serions pas. C'est peut etre vrai. Si nous n'avions jamais vu personne d'autre peut etre que nous n'aurions jamais pu savoir que nous étions. Dans les règles de notre monde, difficile de penser à un homme qui serait apparu quelque part comme sans, sans rien. Simplement il est. Si on prenait un enfant, et qu'on le posait dans la nature (une fois sevré, et plus ou moins éduqué, sans qu'il ne se rappel plus de rien) que se passerais-t-il ?

Posté par clafouti à 13:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur ...

Nouveau commentaire